19 juin 2007

La suite...

anL’Assemblée Nationale a été choisie par les Français. Elle est composée d’une majorité de députés UMP. Pour le Var, c’est même une exclusivité. Mais j’ai tout de même un petit sourire en ce lendemain d’élection.
 
1. Au niveau national, le PS a mieux résisté que ce que tous les sondages et spécialistes le prédisaient. Cette situation va permettre à l’opposition d’exister dans les débats, de proposer des alternatives, de pointer des contradictions lorsque cela sera nécessaire, de trouver aussi, lorsque cela sera bon pour les Français, des compromis.

2. Un record a été battu. Le record de députées présentes à L’Assemblée Nationale. Si Josette Pons en fait partie, il faut clairement reconnaître que ce nouveau visage est du en très grande partie au Parti Socialiste.

3. L’engouement et la campagne de qualité que nous avons conduite sur le terrain dans le Var. J’ai eu beaucoup (mais vraiment, j'étais le premier surpris) de témoignages d’affection, d’encouragements pour continuer, de marques de sympathies, d’envies d’en découdre dans la même logique que la campagne : le choix des idées, la pédagogie, le souci de débattre, la volonté de promouvoir et de tirer parti d’abord de ce qui marche sur le terrain : développement durable, emploi, logement.... Cela a été très important pour Sylvie et pour moi. Cela montre une certaine reconnaissance que notre façon d’aborder le combat politique. Cela montre aussi que les graines d’un renouveau de la politique ont été semées.

Renouveau. Le mot est à présent lâché. Aujourd’hui, après cette défaite relative certes, mais défaite quand même ; le pire serait que l’on se satisfasse de la situation. La débâcle ne s’est pas réalisée. OK. On a limité la casse. OK. La digue rose a tenue. Les erreurs des "bleus en communication" (pour une fois ? ou plutôt un trop plein de franchise ?) ont permis que notre défaite ne se transforme donc pas en catastrophe.

Mais je ne sous-évalue pas de mon côté, notre échec. Nous aurions du gagner les élections. Je crois que les dirigeants actuels doivent reconnaître beaucoup plus qu’ils ne l’ont fait jusqu’à aujourd’hui leurs erreurs. Et en tirer les conséquences.

Mon contact avec les militants et les sympathisants, ma lecture de la campagne dans un département difficile pour la gauche me conduisent à penser que notre projet alternatif doit être clarifié. Nos méthodes doivent changer. D’autres leaders doivent émerger. Notre stratégie doit se préciser. Et tout cela très vite. C’est en tout cas mon diagnostic de la défaite. Il faut que l’on se fonde beaucoup plus demain sur trois piliers :
- la prise en compte des gens de terrain (dont les militants doivent être le relais),
- la formalisation d’un diagnostic de la réalité
- le "débridage total" de toutes les énergies et cellules grises de bonne volonté pour proposer et imaginer un avenir cohérent, plus juste et plus solidaire.

blogC'est dans ce cadre, que je compte continuer à faire vivre ce Blog.  Et, 
parce que beaucoup de personnes me l'ont demandé ;
parce qu'il connait un certain succès (plus de 20 000 visiteurs depuis son lancement) ;
parce qu'il marque une autre manière de faire de la politique (voir l'article que j'ai rédigé sur Libé),
parce que dans le Var, je n'ai pas vu encore d'équivalent (et je le regrette) pour faire vivre des idées, des débats contradictoires et des propositions,
parce qu'enfin, c'est aussi vous qui l'avez fait vivre durant 6 mois avec vos commentaires... et il est donc moins ma propriété qu'une sorte d'agora varoise ouverte aux échanges.

Posté par Michael_Latz à 09:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur La suite...

    suite de lélection

    je voudrais faire un abonnementsuite au courrier de Ségolene lettre du 22 juin me tenir au courant merci

    Posté par simone coieffere, 23 juin 2007 à 11:31 | | Répondre
Nouveau commentaire